Publicités

Les Péripéties d’Elisa, Tim, Charlie et Léon

Les péripéties d’Elisa, Tim, Charlie et Léon

Chapitre 1

Il était une fois, 3 petits garçons ainsi qu’une petite-fille ; Il y avait Charlie le plus jeune, Léon ainsi que Timothée le plus âgé.

Les trois garçons avaient décidé de construire leur cabane !

Charlie le plus petit, commença à construire sa cabane, mais comme il était très jeune, il n’avait pas assez de force pour attraper les matériaux nécessaires, il prit ce qu’il trouva à sa hauteur, des plumes, des bonbons, des petits jouets en bois :

Tandis que Léon, ayant beaucoup de force et étant plus grand, s’armait de patience pour attraper, les grosses bûches, l’eau ainsi que de la farine qu’il trouva dans la cuisine de sa maman et commença sa cabane.

Alors qu’un peu plus loin, Timothée patient regardait les plans qu’il venait de dessiner ; au bout d’une bonne heure il releva la tête et partit à la recherche de ce dont il avait besoin pour construire sa cabane.

Mais qui était la petite fille qui se cachait derrière l’arbre ? Ce n’était autre qu’Élisa la sœur de Léon.

Les cabanes terminées, Élisa voulu regarder de plus près leurs constructions.

Elle rentra dans la première cabane et vit Charlie. À peine entrée, elle dit à Charlie
– « c’est n’importe quoi ta maison, je suis sûre que si je souffle dessus ta maison va tomber !

C’est ce qu’elle fit et bien évidemment, la maison tomba, ou plutôt disparu en un temps record.

Charlie tout penaud parti afin de se faire consoler auprès de ses parents.

Puis ce fut au tour de son frère Léon.

Elle entra dans sa cabane et la trouva déjà plus imposante et dit :

– « Elle est jolie ta maison ! Mais c’est quand même bizarre ! J’ai l’impression que si je donne un coup de poing sur les murs, tout va s’effondrer ;

– Regarde ! Il y a des trous partout ; je pense qu’elle est peut-être dangereuse !

Bien évidemment, elle donna un coup sur les murs et la cabane s’effondra ; Léon de colère, parti pleurer dans son coin car il était furieux de ne pas avoir réussi sa cabane et ne voulait pas le dire à ses parents.

Maintenant c’était au tour de son grand cousin Timothée ; elle savait que cela serait un peu plus compliqué ; mais elle se dirigea vers sa cabane.

Elle ouvrit la grosse porte d’entrée de la maison de Timothée et fut émerveillée !

Elle dit à Timothée que sa cabane était vraiment réussie ;
– « Je trouve dit-elle qu’il manque des fleurs tu devrais en mettre ce serait beaucoup plus gaie.

Timothée piqué au vif, lui dit.
– « Je vais aller cueillir des fleurs »

Élisa contente de savoir que sa ruse avait fonctionné, mis un coup de pied dans la porte mais elle n’arriva pas à la faire tomber, si bien, qu’elle alla vers les fenêtres mais surprise, il n’y avait pas de carreaux ! Elle chercha des yeux ce qu’elle pourrait casser et vit la jolie cheminée, mais la maison ne s’effondra pas complètement ; elle entendit Timothée et repartie vite se cacher derrière un arbre.

Timothée arriva avec un gros bouquet de marguerites et de pâquerettes, le bouquet était merveilleux.

Des yeux il chercha sa maison et ne la vit pas. Élisa apparut et lui dit.

– « Que tes fleurs sont belles ! Cela sera très beau dans ta maison.

– « Oui mais je cherche ma maison je ne la trouve plus ?
– « Tu as raison, j’étais partie t’acheter un petit cadeau, mais comme j’avais oublié mon porte-monnaie, je suis revenue à la maison.

– « Écoute, nous allons la chercher ensemble si tu veux bien ?

Ils partirent à la recherche de la belle cabane, et arrivés à l’endroit où elle était supposée se trouver ; Timothée fut peiné de voir que sa maison était à moitié détruite.

Élisa lui dit qu’il y avait eu une petite tornade quand il était parti.
– « C’est certainement sur ta cabane que le souffle a  eu lieu »

Timothée tout triste donna les fleurs à Élisa, et lui dit
– « Je te donne les fleurs pour te remercier tu es tellement gentille cousine.

Élisa contente partie rejoindre son frère Léon et son autre cousin Charlie.

Élisa dit :
– « Demain tous les 4 nous allons nous armer de courage et nous irons construire notre grande maison je serai avec vous les garçons pour vous aider et personne ne viendra nous embêter.

Tous hochèrent la tête, en se disant que décidément, ils ne pourraient jamais être entre garçons ; mais qu’il fallait absolument trouver une astuce pour faire en sorte qu’Élisa soit épuisée le lendemain soir.

Mais ça c’est une autre histoire, vous connaitrez la suite dans quelques jours……….

Bisous Bisous mes petits loups !

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils