Publicités

Une journée à Palma de Majorque

img_0047Coucou les Amis,

Après une chaleur torride à Paris, durant presque 4 mois, je décidais de peur d’avoir du mauvais temps, de rejoindre les Baléares, afin de commencer les premiers jours d’automne sous le soleil et la mer à mes pieds !

En octobre l ‘arrière saison doit être bien agréable pensais-je !

Un mois que je ne connaissais pas sur l île des BALÉARES. Il est vrai que cela fait 38 ans que je me rends sur cette île, mais souvent entre mai et septembre.

Ma rencontre avec cette île ne fut pas un coup de foudre.

je la trouvais trop bétonnée, trop bruyante avec ses immeubles aux étages élevés surplombant la mer. Aucun charme

Et au fil des années, cette ile s’est métamorphosée. Les édifices ont été en partie remplacés par de jolies petites résidences en gradins-terrasses. Les plages souvent bordées de pins et de magnolias.

Il y a toujours un petit restaurant, qui vous préparera, une bonne paella accompagné d’un bon verre de sangria blanche (champagne) évidemment à l apéritif, nous aurons commencé par des petits pains à l’aïoli ! une merveille ! et tout ça, sous le soleil.

Sauf que cette fois ci sur 10  jours nous avons eu 5 jours de pluie et pas des moindres car ce fut d énormes inondations.

Si vous ne connaissez pas cette ile, sachez qu’il y a plusieurs endroits que j affectionne.

Valdemossa, Andratz, San telmo, Porto Soller, Pollença, Banyabulfar, Illetes, Torrent de Pareis, Fortnalutz, Cap Formentor et les grottes de Drach.

Mais bizarrement, j ai eu envie de revisiter une partie de cette capitale, et c ‘est munie de ma perche et de mon iPhone que j ‘ai pris le bus en direction de la cathédrale.

Ce jour là, il y avait comme une ambiance éclectique. Des couleurs, des sons, des odeurs.

Donc voici, une petite vidéo, ou je vous livre quelques moments privés

Bonne vidéo

Continue reading « Une journée à Palma de Majorque »

Publicités

Claudine Couppé nous dédicace Rendez-vous manqués

Bonsoir les Amis,

Aujourd’hui, ce fut une superbe journée d’ automne très ensoleillée.

De plus une année pour moi venait de se rajouter. Mais ce n’était pas bien grave, ce serait ma journée au moins jusqu’à 19h, heure à laquelle j’arrivais aux turbulentes pour l’interview de Claudine Couppé.

Tous ses amis étaient présents,  nous voulions  avoir notre dédicace et  repartir avec ce roman qui avait déjà plu à beaucoup de ses nouveaux lecteurs.

Lorsque je suis arrivée, Claudine était très entourée par ses nouveaux lecteurs qui la sollicitaient  afin d’immortaliser  cet instant spécial. Ils désiraient recueillir, en avant-première, quelques indices sur son futur  roman.

La dédicace eu lieu dans ce restaurant très parisien, situé  dans le 15ème,  tenu par ses frères. Une grande et belle fratrie,  les couppé, présents sur tous les fronts.

Ses enfants Sara  Lisa et Grégory  présents durant toute l’écriture de son livre,  nous diront que c’était une évidence… Toute petite, Claudine se rendait déjà à la librairie de sa maman, elle l’attendait le nez dans les bouquins, et c’est ainsi, que Jeanine sa maman la guidera dans ses choix et lui fera découvrir bon nombre d’auteurs. Mais il aura fallu quelques années, avant que Claudine, en fasse sa principale activité.  Auparavant, le métier de maman et la création de sa marque Misia ne lui laissait que peu de temps.

Claudine n’a pas de préférence, elle peut se mettre à n’importe quel moment  de la journée devant son bureau. Ce qui est certain,  elle fourmille d’idées, et passe de longues heures  connectée à son PC, sur un fond de guitare joué par William.

Ecrire demande beaucoup d’heures de calme, de réflexion, pour acquérir une plénitude totale.

William, impatient, attendra le lendemain matin les suites du feuilleton littéraire.

Une fois rentrée,  partagée par l’ envie de dévorer ce livre, je m’installe devant mon ordinateur, mon  livre dédicacé à ma droite, mon iPhone à ma gauche.

Choix cornélien, par quoi vais-je commencer ?

Et c’est ainsi que J’ai passé ma nuit en compagnie d’ Adèle et Gala. Inutile de me demander  si j’ai aimé !

Dans une interview , j’ai relevé cette phrase :

L’Ecriture est un territoire de liberté immense et absolue.

Et vous qu’en pensez-vous ?

On dit souvent, que parfois, le fait de chanter, ou de jouer une pièce de théâtre, c’est se mettre à nu. Mais écrire ! n’est-il pas ? un exercice tout aussi périlleux, ou la critique est facile, mais de vous à moi, je peux dire, que n’importe quel artiste sera toujours confronté aux regards de celui qui se dit spécialiste.

https://www.youtube.com/watch?v=uDqPGhQQJCk&feature=share

A quand un groupe de lecture pour Rendez-vous.

Bisous,bisous

Ne manquons pas notre Rendez-vous !

claudine couppéBonsoir les Amis,

Eh oui, ça approche, d’ici quelques jours,  Claudine couppé alias Misia Rêve, va nous recevoir pour une séance de dédicaces aux Turbulentes.

« Rendez-vous manqués »

Ce sera pour moi, l’occasion de réaliser pour vous, une vidéo ou elle nous donnera ses  premières impressions.

Nous lui souhaitons une très longue vie d’écrivaine, à jeudi !

Bisous, bisous

Glam’orchestra en live à Antony

Bonsoir les amis,

Comment ai-je connu  Glam orchestra ?

Tout simplement par le biais de Caroline ma coach.

C est en visionnant plusieurs vidéos de Caroline, que j’ai vu Marie-Laure de Glam orchestra.

Je me suis souvent rendue, sur leur  site, afin de prendre connaissance de leur répertoire.

Il y en a pour tous les goûts.

En passant par Adèle, ABBA, Nina Simone, The  Pointers Sisters, Tina Turner, Amy Winehouse, France Gall, Jean-Jacques Goldman, et beaucoup plus rock avec ACDC, Coldplay, David Bowie, Dépêche mode, Florent Pagny, Johnny Hallyday, Bee Gees, Boney M, Brunos Mars, jusqu’à Beyonce et tant d’autres.  300 chansons ! de quoi vous faire danser 9heures !

Par chance, ils donnaient une représentation ce samedi 15 septembre à Antony.

J ai pour vous enregistrer quelques extraits de leur soirée, en attendant ma prochaine rencontre avec Glam orchestra.

J’espère,  que vous passerez un aussi bon moment que moi,  en écoutant et visionnant cette vidéo.

https://www.youtube.com/watch?v=calNrHm38wE&feature=share

Bisous bisous.

Caroline Dhotel nous parle de sa passion  » Le Chant »

coatchantBonjour les Amis,

Il est vrai que pour moi rencontrer Caroline Dhotel était une évidence.

Interviewer mon coach vocal déjà célèbre, ne serait-ce que par son nom me donnait des ailes.

Lorsque j’ai ouvert la porte du boudoir, j’ai eu un instant d’hésitation. Etais-je bien chez Caroline ?

Une Ambiance cocooning m’attendait !

Le ton était donné, Inspirer Expirer Souffler

Caroline m’ouvre la porte, avec son joli sourire,  toujours très élégante et d’une grande simplicité

Son studio est à son image, très chaleureux.

Au dessus du piano  une grande glace  aura la lourde tâche de refléter nos imperfections, nos mimiques, notre bouche.

En ce qui me concerne, j’ai mis quelque temps pour apprivoiser ce miroir qui, il faut le dire, n’était pas mon ami. A chaque fois j’évaluais  mon apparence,  aussi lorsque caroline me montrait un excercice, comme par exemple sentir mon   abdomen se gonfler, je trouvais que le mien devenait un gros pneu, il y a aussi ce micro vintage, que je n’arrêtais pas de regarder. Je m’imaginais une grande chanteuse de Jazz.

Enfin, une fois passé en revue toute la décoration,  je me suis installée confortablement sur un fauteuil qui m’invitait non pas à interviewer Caroline, mais à me laisser aller à quelques confidences !

Et c’est ainsi que débutait ma toute première interview.

Bisous bisous

Je remercie vivement Caroline qui m à permis le temps d’un après midi de réaliser un rêve.

Au pays des kangourous

sydney-harbour-407593_1280

L’Australie nous voilà

Enfin ce qui me paraissait irréalisable il y a encore quelques mois devenait réel !

Il y a quelques années, les superbes images du film Crocodile Dundee, tourné dans le parc Kakadu en Australie, avaient suscité en moi une vive envie de visiter ce pays.

Nous avons décidé avec Hb, de fêter comme il se doit, nos 30 ans de mariage.

Et c’est accompagnés, de nos deux grands enfants, que nous sommes partis du 13 décembre au 6 janvier,  durant les fêtes de fin d’année.

Notre  Itinéraire

Aéroport Charles de Gaulle 13 décembre à 13H05 par Cathay Pacific, nous arriverons à Hong Kong le 14 décembre à 7H25 puis repartirons après avoir visité la ville à 23H00 pour Brisbane et reprise d’un autre vol pour Cairns ou il sera 14H05 le 15 décembre.

  • Nous descendions la côte Est du Queensland de Cairns jusqu’à Brisbane en camping car, du 15 au 27 décembre.
  • Puis  vol pour Adélaïde.
  • Le 28 nous prendrons le ferry pour Kangaroo Island ou nous dormirons les 28 et 29 décembre.
  • Le 30  direction Ballarat
  • 31 décembre, c’est à Melbourne que nous fêterons la nouvelle année
  • Le 1er janvier nous serons à Mérimbula
  • le 2 janvier c’est aux Blue Mountains que nous dormirons
  • le 3 janvier jusqu’au 6 nous resterons  à Sydney et retour sur Paris le matin du 7 janvier à 5H45

  Premier stop de 20 heures

Après 14h d’avion, nous avons enfin les pieds sur terre.

L’aéroport est immense, bien plus grand qu’un centre commercial, toutes les plus grandes marques sont présentes. Et surtout un train gratuit assure une navette entre les

halls Est et Ouest

174449
Hong Kong

FATI

        Caroline et Emmanuel sont carrément crevés

164573

boulevard Hollywoodien à Hong Kong

HONG KONG

                                                                         

L’atterrissage à Hong Kong est impressionnant, l’arrivée par cette baie immense, avec une multitude  de buildings souvent de plus de 80 étages, ainsi que  ces hautes montagnes vous donnent un peu le tournis. Nous avons décidé de prendre un tour opérateur afin de visiter la ville, mais en étant assis ; mais ce ne fut pas le cas, nous avions un guide qui avait vraiment envie de nous faire marcher. C’est par un temps couvert et venteux, et sous un fond musical, que nous avons visité quelques parcs, très bien entretenus par des personnes très âgées. Puis nous nous sommes promenés sur leur boulevard hollywoodien.

C’était les fêtes de Noël, des tas de petits papiers en forme de sapin étaient accrochés aux balustrades.  

 Début de nos péripéties !

Arrivés à Cairns capitale de la région du Queensland au Nord Est de l’Australie, nous sommes rendus chez le loueur afin de  prendre notre camping car, un mastodon, nous l’appellerons « Appolon » évidemment je ne m’étais pas bien rendue compte sur leur dépliant de la grandeur, mais prendre un motor home dont les vitesses sont manuelles, et le volant à droite, laissaient mon mari et mon fils un peu dubitatifs ! Comment allions nous nous débrouiller !

174452               220189

174450

CAIRNS

Heureusement, le parking était très grand, et durant deux heures de prises en main, nous étions enfin prêts, pour partir à l’aventure ! Enfin pas si loin que ça ; notre camping n’était qu’à 1/2 heure de route, et ce sont sous les regards des Australiens amusés par nos exploits de marche arrière, qu’en fin au bout d’une bonne demie-heure Appolon était bien garé.

Mais il y avait un mais, nous n’avions rien acheté pour dîner, et l’épicerie du camping était vide. Il fallait reprendre Appolon ! troisième manoeuvre. Mais par chance deux policiers  sont venus à notre rescousse. Et c’est sous leur escorte très remarqué que nous sommes rendus au centre commercial . Par contre  le retour fut chaotique ! 

Emma voulu prendre le volant, la conduite à droite n’étant pas habituelle chez lui, il dût donner un coup de volant afin d’éviter un trottoir.  Et là évidemment toutes les courses rangées avec beaucoup de soin se sont toutes retrouvées par terre. Caroline et moi qui nous trouvions à l’arrière avons fait un vol plané ainsi que la  vaisselle.

Tout  le monde a crié !

  • Hb énervé  a  dit « je reprends les commandesAPAU_Apollo_Euro-Deluxe_179A3924

Nous nous sommes rendus compte que nous avions déjà brisé une plaque vitrocéramique, pour être contrariés ça nous l’étions.

Première nuit, après plus de 24 heures de vol, et c’est sous le tropique du Capricorne que nous allions enfin nous endormir !! Enfin c’est ce que nous pensions.

La  nuit fut mouvementée, disons que nous n’avions peut-être pas choisi le meilleur emplacement, car nous sommes mis prés d’un arbre à mangue

Et c’est vers minuit que les bruits ont commencé,

Comme nous ne savions pas d’où provenait ces bruits, Hb suivi d’Emmanuel de moi-même et de Caroline munis d’une torche allions explorer les lieux, nous n’avons rien vu, sauf que parfois on entendait des bruits d’ailes.

Et ce n’est qu’au petit matin, que nous avons vu les dégâts, toutes les mangues éclatées autour et sur  Apollon.

Les Chauves-souris adorent les mangues !!!!

Cairns est situé au nord-est de l’Australie, l’état du Queensland, surnommé « sunshine state », doit en grande partie sa célébrité à la présence au large du plus grand récif corallien au monde formant une gigantesque barrière naturelle longue de plus de 2000 km.

Nous sommes restés trois jours dans ce camping ou nous avions pris nos marques, il y avait une piscine et de quoi faire de bons barbecues, et nous en avons bien profité.

Nous avons repris la route le 4ème jour et devions rouler durant 200 kms, j ai bien cru que nous ne ferions que la région de cairns cette ville nous a beaucoup plu. J’avais lu beaucoup de blog et beaucoup ne semblait pas aimer cette région ; comme quoi nous n’avons pas tous les mêmes goûts. Tout le long du bord de mer il y a un énorme lagon artificiel qui nous permet de nous baigner facilement, et gratuitement, car malheureusement  les méduses étant présentes on ne peut pas se baigner tout le temps, donc vous vous promenez en ville, vous avez un petit coup de chaud, et hop vous vous asseyez sur l’herbe et déposez vos affaires et on rentre tout doucement dans l’eau !

Ce n’est pas génial !

Nous avons visite kurunda  (lieu très connu des hippies) d’ailleurs nous avons acheté une toile de  xxxx puis les chutes de Barron River ainsi que le sanctuaire des papillons

220192174453

Nous avons repris la route vers Aherton afin de rejoindre Mila Mila rain forest un endroit merveilleux où nous nous sommes baignés durant des heures, mais nous nous sommes toujours posés la question suivante

  • Qu’est ce qui nous chatouillait dans l’eau ?

Le port d’Airlie Beach est situé dans le comté de Whitsunday, Queensland. Elle se trouve, près du centre de la Grande barrière de Corail qui s’étend sur 2000 km le long de la côte. Elle bénéficie d’un climat tropical apprécié des touristes. Cependant, sa plage est de taille modeste et la mer est infestée, de novembre à mai, par les méduses « stingers » particulièrement urticantes. Un lagon a donc été construit en bordure de mer pour permettre aux touristes de profiter des joies de la baignade. Airlie Beach est surtout connue, avec sa voisine Shute Harbour, comme point de départ des croisières vers les îles Whitsunday et la Grande Barrière de Corail.

Nous nous sommes donc rendus aux îles whitsunday 

174460179631 (1)

Il s’agit d’un endroit extraordinaire au milieu de nulle part ou l’on se sent seul au monde  un décor somptueux. Nous passons deux bonnes heures à nous ressourcer ou bien à mitrailler le paysage afin d’en garder à jamais un souvenir intarissable. Et c’est là qu’Emma, Caro et hb passeront leur brevet de plongée quant à moi les palmes et le tuba seront la bienvenue. Bien évidemment nous avions revêtu des combinaisons afin de ne pas se faire piquer par ces fameuses  méduses !

Puis nous sommes partis en direction  de Agnès water ou la ville 1770 drôle de nom n’est-ce pas ? on nous avait dit qu »elle était splendide et là nous sommes un peu déçus, surtout après 450 km de route. De ce fait nous n’y resterons pas et prendrons la route pour nous rapprocher de Fraser island la plus grande île de sable 120 km et une des plus belles îles du monde . Malheureusement le beau temps n’est pas présent, mais nous y passerons toute l’après-midi.

Il a plu durant deux jours aujourd’hui c’est le boxing day, mais hier, nous avons voulu fêter Noël dans la caravane. Nous nous sommes offerts quelques petits présents accompagnés de bons petits plats. Aujourd’hui  tout est fermé.  Demain nous prendrons un vol pour Adélaïde 2h1/2 de vol  pour 2OOO km. Fera t’il Beau ? 

Nous avons rendu l’engin, une chance la caution nous a été rendu malgré la casse de la plaque vitrocéramique. Nous attendons notre vol, il parait qu’il n’avait jamais fait un temps aussi pourri comme ces derniers jours, mais à Adelaïde il fait très beau ouf ! ça va assurer le bronzage.

Après un vol de 2 h 1/2 J’avais hâte de découvrir Adélaïde.  Nous avons pris possession de notre voiture de location une Ford, quel changement ! Mais elle était confortable nous étions tellement habitués à  promener notre maison avec nous, c’était très agréable car pas besoin de faire ou défaire les bagages, dès que nous étions dans un lieu qui nous plaisait on pouvait s’arrêter et déjeuner, nous avons adoré cette aventure, le seul inconvénient étant la conduite inversée.

Nous nous sommes arrêtés au bord d’une route  afin de déjeuner mais nous n’avons pu terminer notre repas, car nous avions été envahi par les mouches,

iL était signalé dans les guides de se protéger des mouches avec une moustiquaire , malheureusement nous avons oublié ce détail qui pourtant avait son importance : et vous savez comme moi que les mouches font très peur à Emmanuel ! 

Avant de prendre le Ferry pour kangaroo island, nous avons pris un bain de soleil, et malgré l’indice 50 étalé sur nos visages le soleil nous brûlait, mais quel bien fou. Puis nous avons  pris le ferry , et nous nous rendions dans notre lodge au Kangaroo lodge.

187567

Nous avions une vue superbe, idéalement situé, puis nous sommes partis voir les lions de mer, mais nous ne devions pas nous approcher à moins de 10 mètres, afin de ne pas les apeurés. Quant au kangourou, nous n’en avons vu seulement 2 ; tous les autres étant morts au bord de la route. Le soir au restaurant on nous a proposé du kangourou, franchement cela ne tentait personne, malgré tout Hb en a mangé, et franchement ce n’est vraiment pas bon, heureusement que le vin australien était délicieux .

CA Y EST NOUS L’AVONS VU 

Mais avant de reprendre le ferry, nous avons eu une belle surprise, un koala se tenait juste devant nous ! il était tellement mignon, et de plus il ne dormait pas, nous avons eu tout le loisir de le regarder, une australienne qui passait, nous a dit qu’il y avait eu un feu dans la forêt et qu’il s’était  perdu.

220185

Demain nous reprenons le ferry demain et direction Ballarat ville des chercheurs d or.

220208187570

 Nous sommes arrivés à Ballarat à minuit, car la route fut plus longue que prévu, il faisait très chaud plus de 43 degrés. Le lendemain nous nous sommes trouvés dans une ville ou l’époque des chercheurs d’or avait été entièrement reconstitué. Il y avait beaucoup d’animations typiques, boulangerie, ferronnerie, création de roue, fonte de l’or. Les bijoux ainsi que  les bombons étaient fabriqués sur place. Avec Caroline nous avons essayé de jolis chapeaux. Par contre Hb était trop content de descendre dans une mine et observer la fonte d’un lingot d’or, et en chercher un peu dans le ruisseau, était l’un de ses rêves. Ce fut une très belle étape dans notre voyage, je vous la recommande.

Puis, nous nous sommes rendus à Melbourne, mais malheureusement nous n’y avons que dormi, donc je ne pourrai malheureusement vous en dire plus, ce fut bien dommage, car il y avait énormément de choses à voir.

Il ne nous restait plus qu’une semaine avant de quitter l’Australie, et nous avions encore tant de chose à voir. Le 1er janvier nous arrivions à Merimbula, 220210C’est une charmante ville côtière, elle est cependant très touristique car beaucoup d’australiens viennent pour y surfer.  D’ailleurs c’est celle que j’ai préféré de toutes. Du fait d’un bon nombre de terrains de golf  dans la ville nous avons eu la chance de côtoyer de très prés les kangourous. C’est avec regret que nous ne nous  sommes arrêtés qu’une seule nuit, car nous avions encore beaucoup de route pour nous rendre à la capitale, mais si c’était à refaire, nous y serions restés bien plus longtemps.                 

Le lendemain, nous nous sommes réveillés dans un cadre complètement kitsch, à l’hôtel Carrington, il est peut-être très vieillot, mais il y a  tellement d’histoire, on dit que Wiston Churchill y a dormi. Leurs lits sont douillets, le petit salon avec ses gros canapés en cuir sont très confortables, nous sommes hors du temps, et de notre chambre nous avons une vue sur ces fameuses montagnes bleues. Leur appellation vient du fait qu’il s’y trouve une variété d’eucalyptus dont les feuilles sécrètent un liquide donnant un reflet bleuté sous l’effet du soleil.

S’il est une excursion qui vaille la peine d’être faite aux alentours de Sydney, c’est bien sur celles des Montagnes Bleues situées à 100 kilomètres à l’Ouest de la ville.

220211

187574

Nous arrivons en début d’après-midi à Sydney, et nous déposons nos valises Pour la dernière fois dans cette chambre d’hôtel. Nous avons beaucoup marché, nous nous sommes rendus sur les quais, puis fait un tour de bateau sous une pluie battante, et avons visité le zoo. 

SYDNEY

DIJIRDOU

Sydney est la Capitale de l’Etat de Nouvelles Galles du Sud. La grande métropole australienne de 4 millions d’habitants se révèle être une des plus belles et des agréables villes qui soit !

Je suis tout de suite conquise par  la propreté par ses parcs et sa configuration ! Les habitants sont chaleureux, accueillants, d’un contact facile ! Il ne me semble pas avoir vu un seul clochard déambuler. Le véritable symbole de la ville, dont la silhouette est connue du monde entier, c’est bien sûr le fameux opéra de Sydney. Ce superbe monument, inauguré par la reine Elisabeth en 1973, a coûté la bagatelle de 100 millions de dollars ! Ce chef d’œuvre architectural, dont la construction a demandé 16 années, se présente comme un grand bateau qui déploie majestueusement ses ailes  » ou bien représente des quartiers d’orange »  occupe une zone stratégique du port. Pour terminer ce panégyrique, disons c’est l’un des centres artistiques les plus dynamiques au monde !174470 (1)

A proximité de l’opéra, se situe le Harbour Bridge, célèbre pont qui permet qui permet de relier les parties Nord et Sud de la ville. Cette gigantesque arche d’acier , surnommée « coathanger » à cause de sa forme en porte-manteau, a été construite au début des années 1930 et a constitué pendant longtemps la plus haute construction de la ville. Elle a été supplantée par la « Sydney Tower » , au cœur de la zone commerciale de la ville. Du haut de ses 320 mètres ,elle représente la plus haute construction de l’hémisphère sud. A son sommet, on peut jouir d’une superbe vue panoramique, qui permet même , par beau temps, d’apercevoir les Montagnes Bleues situées à 100 km de la ville ! Il y a Plusieurs centres d’intêret , notamment le musée national de la Marine, l’aquarium de Sydney, un jardin chinois,…

Deux moyens de transport sont particuliers à la ville : d’abord le monorail suspendu, pratique, économique , qui sillonne plusieurs quartiers de la ville. Ensuite les ferries dont la plupart ont leur embarcadère au quartier des Rocks. Ce dernier est le plus vieux de la ville, c’est ou il y a 200 ans le capitaine Arthur Philip et sa flotte avaient jeté l’ancre pour y établir une colonie pénitentiaire, la plus éloignée de l’empire britannique.

Ce quartier, situé sur l’un des plus beaux rivages du monde, a bénéficié d’un programme de rénovation tout en conservant son charme d’origine. C’est un centre d’activité commerciale, culturelle et de loisirs ou il fait vraiment bon de s’arrêter.

Comment parler de Sydney sans évoquer ses jardins ! Le plus beau d’entre eux est sans conteste le Botanic Garden, dont la visite demande une bonne demi-journée et qui offre une variété insoupçonnée de plantes.

Notre séjour à Sydney de 3 jours est malheureusement bien trop court, je crois qu’une semaine ne serait pas de trop, il y a toutes les plages aux alentours que nous n’avons pu voir , faute au mauvais temps !

NB : Voici 10 ans que j’ai fait ce voyage, le temps passe, et il était temps que je relate pour vous ce magnifique voyage, avant que je n’oublie tous ces menus détails. J’espère que vous aurez eu autant de plaisir à le lire que j’ai eu à vous le raconter.

Je vous propose d’ouvrir vos livres de géographie à la page OCEANIE

D’une superficie d’environ 8 millions de km², l’Australie  qui a lui seul est un continent ;

ne l’oublions pas est presque aussi vaste que les USA, 15 fois plus grande que la France

avec seulement 18 millions d’habitants soit une densité de 2 habitants au km² . Si  l’on rajoute le fait que la majeure partie de la population (90%) se concentre dans les grandes villes côtières, il est aisé de comprendre que l’Australie demeure en majeure partie inhabitée. On peut d’ailleurs s’en rendre compte, lorsqu’en survolant tout le pays du Nord au Sud, on ne voit quasiment aucune agglomération..

Si le pays est de découverte récente pour les européens, la présence humaine est assez ancienne, puisqu’on estime que ses habitants originaux, les aborigènes, y sont présents depuis 40 000 ans ! D’anciens récits rapportent que les grecs puis les arabes avaient parlé d’une terre australe située au sud de Java, de la est né le concept de

« terra australis incognita ».

Les 1ers européens à découvrir l’Australie furent les portugais puis les hollandais qui l’ont baptisée « Nouvelle Hollande » ; mais ni les uns ni les autres ne l’ont jugée intéressante.

Ce fut Dampier qui à la fin du 17ème siècle rapporta une description précise de l’Australie et des peuples aborigènes qu’ils a dépeint en termes très peu élogieux.

Près d’un siècle plus tard (1770) , le capitaine anglais James Cook débarque en Australie près de l’actuelle Sydney chargé d’une mission scientifique d’exploration. Contrairement à ses prédécesseurs  qui étaient arrivés sur la cote ouest de l’île, il eut la chance de débarquer sur la côte occidentale beaucoup plus fertile. Cette période ,coïncidant avec l’indépendance américaine et vu que les prisons anglaises devenaient trop surchargées, l’idée est venue d’envoyer les prisonniers les plus dangereux vers la nouvelle colonie. C’est ainsi que le 1er bateau chargé de détenus, conduit par le capitaine Arthur Philip, débarquait à Sydney et que fut ainsi établie la 1ère colonie pénitentiaire.

Bien plus tard, on se rendit compte que le pays regorgeait de richesses, d’oû un afflux d’immigrants de toutes parts.

Le pays a obtenu son indépendance au début du 20è siècle mais il demeure rattaché à la couronne britannique et est membre du Commonwealth.

Politiquement l’Australie se compose de 6 états (Australie occidentale, Australie du Sud, Nouvelles Galles du sud, Queensland , Victoria et Tasmanie) et de 2 territoires : Territoire du Nord et Territoire de la capitale Camberra.

L’Australie est actuellement le 1er producteur mondial de laine et son cheptel d’ovins compte 160 millions de têtes soit presque 10 fois le nombre d’humains !

 CAIRNS

La région de Cairns était, avant l’arrivée des européens, occupée par les Irukandji.

Le futur site de la ville fut aperçu pour la première fois par un européen par le capitaine Cook en 1770 et dans le siècle qui suivit plusieurs expéditions visitèrent la région et comprirent la possibilité de création d’un port à cet endroit. La découverte d’or sur l’actuel plateau waterton et la nécessité de trouver un point d’embarquement provoqua la création de la ville en 1876; La région où s’installa la ville était au départ une région de marais et de mangrove qui fut progressivement mise en valeur, déboisée par les agriculteurs tandis que les marais étaient comblés par les roches venant d’une colline voisine, des boues séchées, des sciures des différents scieries de la région ainsi que des matériaux évacués pour construire la voie de chemin de fer qui reliait Herberton à Atherton et dont la construction commença en 1886. L’ouverture de la ligne de chemin de fer permit de mettre en valeur les régions agricoles environnantes avec la culture de la canne à sucre, du maïs, du riz,des bananes, des ananas en plaine, des fruits et de l’élevage laitier en montagne et la région prit un tel essor qu’il fallut entreprendre la création d’un port en 1906 pour exporter toutes les productions locales.

Pendant la deuxième guerre mondiale Cairns servit de point de départ pour des opérations militaires dans le Pacifique.

Après la guerre, Cairns devint progressivement un centre touristique et l’ouverture en 1984 de l’aéroport international de Cairns ainsi que d’un centre des affaires fit connaitre la ville internationalement et en fit un lieu réputé de vacances ou de réunions d’affaires.

La grande barrière de corail

Situé au nord-est de l’Australie, l’état du Queensland, surnommé « sunshine state », doit en grande partie sa célébrité à la présence au large du plus grand récif corallien au monde formant une gigantesque barrière naturelle longue de plus de 2000 km.

Airlie Beach

Le port d’Airlie Beach est situé dans le comté de Whitsunday, Queensland,Australie. Elle se trouve environ à la latitude 20°S, près du centre de la Grande barrière de corail qui s’étend sur 2000km le long de la côte. Elle bénéficie d’un climat tropical apprécié des tourises. Cependant, sa plage est de taille modeste et la mer est infestée, de Novembre à Mai, par les méduses « stingers » particulièrement urticantes. Un lagon a donc été construit en bordure de mer pour permettre aux touristes de profiter des joies de la baignade. Airlie Beach est surtout connue, avec sa voisine Shute Harbour, comme point de départ des croisières vers les îles Whitsunday et la Grande Barrière de Corail.

Métro Boulot Dodo ou Farniente ?

 

depositphotos_58069361-stock-photo-signpost-in-the-stirling-point

Bonjour les amis,

En attendant le récit de mon voyage en Thaïlande, j’ai envie de vous faire partager quelques réflexions.

Pour moi le voyage n’est pas qu’un simple moment de répit de l’année où l’on attend avec impatience de pouvoir faire la grâce matinée. Ne pas prendre les transports en commun, et surtout ne pas stresser car notre réunion hebdomadaire va commencer. Malheureusement nous sommes encore dans les embouteillages du lundi matin, et de toutes les façons, une journée bien chargée se profile à l’horizon et surtout le retour à notre domicile où enfin au bout de 2 heures de transport, on pourra se jeter sur le canapé en se disant « je suis sur les rotules ».

Mais voyager c’est se nourrir de la culture d’autres pays et surtout ne plus avoir les tracas de la maison. Donc c’est un break important, qu’importe où l’on se dirige, ça ne peut être que bénéfique. Si ce n’est pas le cas, je serais tentée de vous poser différentes questions ?

Avec qui êtes vous partis ?

A quel moment ?

Etiez-vous tellement fatigués que vous n’avez pu profiter de ces moments de farniente tant attendus !

Peut-être que votre quotidien vous manque ? Ou bien êtes-vous certains qu’il n’y a pas mieux ailleurs ?

Sur ce, je dirais qu’il vaut mieux partir plus souvent que de faire de très longs voyages à moins d’avoir une âme de nomade.

Mais qu’il est bon de rentrer chez soi, non ?

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Merci de vos commentaires, et n’hésitez pas à liker.

Bisous Bisous

L’actualité de Misia rêve

946220_562212867156924_34005135_n
Claudine Créatrice de Misia rêve

Bonsoir les amis,

J’attendais avec impatience ma rencontre avec Misia Rêve.

Qui est elle ? Et que fait-elle ?

C’est une Artiste dans l’âme, tout ce qu’elle entreprend se réalise avec succès !

Quelle belle rencontre ! Une personne comme je les aime : VRAIE, elle dit ce qu’elle pense, ce qu’elle ressent, du reste son bien être passe par son intégrité.

On a souvent beaucoup de préjugés et de doutes mais,  étant un peu moins jeune ?

Pouvons-nous nous le permettre ? Sans pour autant vexer Pierre Paul Jacques ?

J’ai connu Claudine lorsqu’elle créait des tee-shirts. D’ailleurs vous avez certainement vu quelques stars du petit écran porter ses créations qui représentaient de jolis visages de femmes aux grands yeux et aux cheveux souvent noirs et aux pommettes montantes, à la bouche en forme de cœur. Par la suite, ces visages sont apparus sur les cahiers Clairefontaine et l’ouverture de sa boutique rue du bac devenait une évidence où Claudine nous proposait toute sorte de petite maroquinerie : sacs à main, trousses de voyage, porte-monnaie, etc. …

Avec William, l’homme enfourchant sa Harley et jouant de la guitare, eh oui lui aussi a non pas une passion mais 2, le couple gère MISIA REVE, pendant que l’un joue les commerciaux et que l’autre crée.

Donc, je retrouve Claudine qui me parle de son actualité. Et là, j’apprends avec surprise qu’elle a aussi depuis une autre passion. J’apprends, en plus d’une exposition au Japon où près de 70% de ses tableaux exposés se sont vendus, l’existence de son premier roman.

« Rvs manqués » va sortir le 28 septembre 2018 aux éditions NUM. Je profite donc de l’occasion pour noter cet événement sur mon agenda car il serait pour moi impensable de rater la dédicace de son premier roman … au restaurant les Turbulentes.

Lors de notre entretien, j’ai été tentée de lui poser quelques questions sur sa vie de femme. Comment la vit-on après 50 ans ?

Sa réponse est catégorique :

– Ma vie est encore mieux qu’avant dit-elle, plus d’obligations, ne serait-ce que pour l’éducation de nos enfants, car maintenant ils vivent leur vie, et moi je la vis à 1000%. Je suis devenue depuis égoïste, je ne fais que ce qui me plaît.

– Mais au fait pourquoi MISIA ?

– Misia Sert était une femme libre et moderne du début du siècle dernier. Elle a lancé Coco Chanel et fut l’égérie de Cocteau et de beaucoup d’autres artistes.

 – Et vous ? Comment vous voyez-vous après 50 ans ? Auriez-vous l’envie d’avoir envie, de concrétiser vos rêves ? Ou bien pensez-vous qu’après une vie bien remplie, vous n’avez qu’un seul souhait : ne rien faire ?

Sur ce, je vais vous laisser, sur la devise de Claudine :

Il y a toujours une porte qui s’ouvre !

Bonne lecture et prenez soin de vous.

Merci de liker si vous avez aimé.

Vous trouverez quelques liens que je vous invite à visionner.

https://www.facebook.com/www.misia.net/

http://www.lesturbulentes.fr/

Bisous bisous Continue reading « L’actualité de Misia rêve »

Sur les rives du Léman rencontre avec un Artiste Evianais

evian.JPGBonsoir les amis,

Ce soir je me suis rendue dans le centre ville d’Evian car nous voulions prendre un dernier verre avant de rentrer sur Paris quand au loin, j’ai entendu quelques sons seventy’s. De suite, j’ai cherché d’où cela pouvait provenir.

Niché entre deux enseignes de bars, Old N’s Wise, un orchestre composé de trois musiciens ; chanteur-guitariste ainsi que Bassiste et guitariste solo. Et oui ! Pas évident de trouver l’endroit idéal pour y installer la sono, les amplis, les pieds de micros, les pupitres ainsi que toutes les pédales d’effet des guitaristes et, qui plus est, devant l’entrée d’un immeuble !

Le moment tant attendu était arrivé.

C’était maintenant ou jamais ! Je devais mettre en pratique … mes indiscrétions !

Comment devais-je aborder cet artiste que je ne connaissais absolument pas ?

Bien évidemment, le problème de l’entrée en contact ne se posait pas vis à vis de mes propres connaissances qui, pour alimenter mon blog, n’auraient pas été suffisantes.

Pendant sa courte pose, j’ai osé interpeler le chanteur.

J’ai trouvé en face de moi un artiste ravi de parler de sa passion et en quelques minutes, je connaissais ses projets.

SING AND SALE : partir naviguer au gré des vents à travers l’Atlantique avec son voilier et en chansons, quelle belle initiative !

J’ai passé un agréable moment et j’ai apprécié leur répertoire ainsi que la qualité de leur sonorité.

Bisous bisous les amis, et bonne écoute sur Youtube et à bientôt

Bon 14 juillet !

Merci de liker si vous avez aimé

Un autre lien à regarder    carte de visite Old N'Wise

Old N’Wise facebook.com/oldnwise74  OLD N ' wise.jpg

Nouvel album de Steelcox

STEELCOX-STLX-267x400

Coucou les amis,

Bientôt je vais pouvoir rencontrer un ami de toujours qui vient d’enregistrer un album.

Il s’agit de Steelcox. Si vous ne le connaissez pas encore, je vous invite vivement à cliquer sur le lien ci-dessus.

La musique est sa passion, et quand je dis passion je suis loin de la vérité ! je crois que tout petit il chantait déjà dans son berceau !

D’ici la fin du mois nous allons nous rencontrer mais je ne vous dis pas où !

Steelcox nous parlera de son tout dernier Album Backstage.

Ce sera une interview à l’image des indiscrétions de Faustine !

Et surtout j’ai d’autres indiscrétions en attente.

Bisous Bisous les amis.

Surtout n’hésitez pas à liker si vous avez aimé !

https://www.steelcox.com/

 

Qui suis-je?

IMG_0649 (1) Bonsoir les amis,

il est 1h du matin, les petits enfants dorment et le chéri aussi.

Me voici ! J’espère que vous aimerez me suivre. J’ai tellement de choses à vous dire.

Anciennement commerciale dans l’Immobilier, je n’arrêtais pas de parler, de conseiller, de vendre, d’écouter mes prospects (oh le vilain terme).

Mes clients, ils étaient à MOI. Je les aimais, ils me le rendaient bien !

Enfin tout ça est fini, même si je dois gérer les derniers dossiers ! Mais place aux

Indiscrétions de Faustine !

Il est vrai qu’au début, ce ne devait être que pour parler de mes futurs voyages. Je voulais y associer en même temps leurs musiques, et puis, vu que j’ai quelques obligations personnelles pour l’instant ! Nous allons remettre notre prochain grand voyage pour l’Année 2019.

Mais ce n’est pas bien grave.  J’ai tellement d’autres choses à vous faire partager.

De belles surprises sont en préparation.

A très vite !

N’hésitez pas à mettre un petit commentaire ou bien à liker merci

Sur les hauteurs d’Evian

Le bois raméCoucou les amis,

Bon, je vais vous donner quelques indices en attendant mes premières vidéos où j’aurai la joie de vous présenter plusieurs personnes vivant de leur passion. Il s’agira très souvent de musique.

Sachez que jusqu’au mois dernier (juin), je n’avais qu’une idée en tête c’était de partir voyager avec mon chéri et de faire des vidéos de nos voyages et d’aller à la rencontre de leur style musical.

Aujourd’hui,  je suis une mamie (Nanou pour mes petits), et j’ai dû faire face à des tas de choses que j’avais oubliées enfin … pas très longtemps.

Comment occuper des petits de 3 et 4 ans ? Et bien figurez-vous que ça ne s’oublie pas, le naturel revient au galop.

Petit déjeuner sur la terrasse, puis des jeux de cartes ou bien leurs cahiers de Vacances Montessori qui sont d’ailleurs très bien faits, piscine ou promenade soit au bord du lac Léman ou dans les montagnes.

Le seul problème c’est que mon chéri, qui s’appelle Bernard tu Peux, a fait une chute en voulant montrer à ses petits enfants ce qu’il ne fallait pas faire, et bien c’est fait, d’une balustrade, il a rejoint une petite rivière 1,50 m plus bas !

Et là, il est comme moi, très restreint dans ses mouvements.

Donc pour l’instant, nous sommes en vacances sur les hauteurs de Neuvecelle avec nos petits loups dans un endroit que j’affectionne particulièrement car j’y ai vécu jusqu’à mes 18 ans et pour moi c’était le seul endroit au monde où tout était beau.

Alors la future jeune retraitée s’est dit : il faut que je trouve une mutuelle pour mon Bernard tu Peux !

Le parcours du combattant, au début c’est très simple, moteur de recherche, puis les comparateurs de mutuelles, et là tout va très vite.

On doit laisser nom, téléphone, mail et oups, mon téléphone devient un vrai standard.

Sauf que cette fois-ci, c’est moi la cliente, et non la commerciale.

Au début on sait à peu près ce que l’on veut ! Mais après avoir eu plusieurs commerciaux (courtiers) en assurance santé, là il y a de la confusion.

Que faut-il réellement, suis-je à l’article de la mort ? Me faut-il simplement de bons remboursements pour mes simples visites ? Ou dois-je parer aux futurs chantiers (mes futurs implants) et mes lunettes ?

Au bout d’une semaine, on ne sait plus. Enfin si, on pense avoir trouvé la Mutuelle de Rêve. Sauf que quand on est une personne comme moi, on pense bien faire et l’on envoie un petit SMS à tous les commerciaux, en leur signalant que l’on a trouvé.

Une erreur à ne pas commettre, on vous rappelle et là commence un dialogue de sourds. Ils ne comprennent pas que j’ai trouvé, mais eux ont trouvé pour moi, donc ça commence à prendre une ampleur pas possible. Vous posez des questions, car eux vous signalent que peut-être telle garantie n’est pas prise en charge, qu’ils ne vous ont pas tout dit, que cette offre est impossible, qu’ils travaillent avec les plus grands, les meilleurs.

Donc après avoir contacté la compagnie et revu en détail les différents points, je peux dire que de toute façon elle correspond à mes attentes.

Mais, si j’avais su, j’aurais fait autrement. Il y a tout de même quelques compagnies que j’ai appelé en direct, et là j’ai vraiment apprécié. Pas de comparaison avec les autres, aimables, sans démonter les autres produits.

Voilà mon premier petit article, merci de m’avoir lue.

Bonnes vacances ! Prenez soin de vous.

Voici quelques liens.

Chalet à Neuvecelle Le bois ramé

Cahiers de vacances Montessori

Restaurant à Bernex  La chevrette la chevrette.jpg

%d blogueurs aiment cette page :